Ma Guadeloupe

- Moi

- Enfants et petits enfants

- Mieugy

- Ma foi

- Mes lectures

  

  

  

  Ma Guadeloupe

           Cliquez sur les villes de la guadeloupe, et réservez votre hôtel, gîte ou voiture ! Karukéra, nom donné par les Caraïbes à cette île qui a la forme d’un majestueux papillon aux ailes déployées, cette île aux belles eaux dont les célèbres chutes du Carbet auraient attirées l’attention de Christophe Colomb et de ses hommes, Cette île couleur d’émeraude et dont la route principale reliant Basse-Terre à Pointe-à-Pître est aussi appelée « route de jade », c'est ma terre  natale.
Christophe Colomb la baptisa « Guadeloupe » en respectant le vœu fait à notre dame de Guadeloupe en Estrémadure : « je donnerai ton nom à la plus belle terre que je rencontrerai ».
Après avoir été tantôt française, tantôt anglaise, la Guadeloupe en 1946 est passée du statut de colonie à celui de Département français d’outre mer.
 Pendant des décennies, la Guadeloupe a été méconnue, très souvent assimilée à la Martinique. Jusque dans les années 60, les bananes de Guadeloupe étaient commercialisées en métropole sous l'appellation:"banane de la Martinique". Pourtant, la Guadeloupe a donné naissance à des hommes et des femmes qui ont marqués l'île, la France et la francophonie. Beaucoup de Guadeloupéens ont fait honneur à la France: En littérature, Je ne citerai que Alexis Léger (Saint-John Perse) qui obtint le prix Nobel de littérature en 1960, 
                                               Résultat de recherche d'images pour
 ou Guy Tyrolien qui publia dans "Balles d'or" ce poème appris par tous les enfants des Antilles et d'Afrique et qui remplaça le très fameux "nos ancêtres les Gaulois"
                                              
:"Prière d'un petit enfant nègre".  Seigneur, Je suis très fatigué, je suis né fatigué Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coq Et le morne est bien haut, qui mène à leur école. Seigneur, je ne veux plus aller à leur école, Faites je vous en prie que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîches Quand la nuit flotte encore dans le mystère des bois Où glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les sentiers brûlés Qui longent vers midi les marres assoiffées. Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveiller lorsque là-bas mugit la sirène des blancs Et que l'usine, ancrée sur l'océan des cannes Vomit dans la campagne son équipage nègre. Seigneur, je ne veux plus aller à leur école, faites je vous en prie que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aille Pour qu'il devienne pareil aux messieurs de la ville, Aux messieurs comme il faut; Mais moi, je ne veux pas devenir comme ils disent, Un monsieur de la ville, un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreries Où sont les cas repus que gonfle un sucre brun Autan que ma peau brune. Je préfère, vers l'heure où la lune amoureuse Parle bas à l'oreille des cocotiers penchés, Ecouter ce que dit dans la nuit La voix cassée d'un vieux qui raconte en fumant Les histoires de Zamba et de compère Lapin Et bien d'autres choses qui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livres Qui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici? Et puis, elle est vraiment trop triste leur école, Triste comme ces messieurs de la ville, Ces messieurs comme il faut, Qui ne savent plus danser le soir au clair de lune, Qui ne savent plus marcher sur la chair de leurs pieds, Qui ne savent plus conter des contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller à leur école.  Dans le sport, Roger Zami qui fut champion de France des super-légers et qui ne perdit que 8 combats sur 55, ou alors Roger Bambuck, champion de France du 100 et 200m en 1965, 66, 67, 68. Champion d'Europe du 200m et 4X100m en 1966, recordman du monde du 100m en 68, recordman du monde du 4X100m en 1967. Plus près de nous, il y a Marie-Josée Pérec ou Teddy Rinner. En musique, Joseph Bologne de Saint-Georges, plus connu sous le nom du Chevalier de Saint-Georges, qui nous a laissé de merveilleux concertos, ou Kassav qui fit connaître la musique Zouk à travers le monde. En politique, Lucette Michaux-Chevry fut la première à occuper le poste de ministre de la francophonie dans un gouvernement français.
Moi
Moi, je suis "un sand mélé", un véritable patchwork. Jugez-en : Mon père est descendant d'esclaves noirs d'Afrique et de Caraïbes. Le nom "Bouchaut" lui, serait d'origine germanique (Von Bouchaut). C'est juste après l'abolition de l'esclavage en 1848 que le premier Bouchaut de couleur nait en Guadeloupe. Ce patronyme existait déjà depuis plusieurs siècles au Canada, en France et en Allemagne. Explication probable : à l'abolition, des esclaves auraient pris le nom de leur maître. ( je suis Bouchaut = j'appartiens à Bouchaut). Du côté de ma mère, c'est un doux mélange de colons blancs (Saint-Marc, Rollin) et d'esclaves affranchis (hommes libres de couleur). Je suis marié à Martine (coup de foudre de 1973) qui partage mes joies et mes peines, ma foi et mes doutes. En 1998, Martine a écrit son premier livre dans lequel, elle partage son cheminement de femme. Être Femme http://www.edilivre.com/doc/12888/Etre-Femme_Le-cheminement-d-une-femme-ordinaire/Martine-Bouchaut Notre plus grand bonheur serait de pouvoir un jour réunir nos cinq enfants avec nous pour fêter Noël en Guadeloupe. Guadeloupéen d'origine, Basse-Terrien de coeur, Français de naissane, je suis aussi Suisse d'adoption avec une origine valaisane. Donc, tout dans mon histoire m'amène à être ouvert sur le monde.
 
Enfants et petits enfants
Les enfants, font partie des grands bonheurs que Dieu nous permet de vivre. Philippe, Laurent, Marie-Pierre, Stéphane et Benoit sont ceux qui nous ont été donnés et je suis reconnaissant pour tout ce que la vie m'apporte à travers eux et maintenant au travers de nos petits enfants.
 
Mieugy:   En 1995, nous sommes tombés en amour pour cette maison de plus de 100 ans que nous avons acquis dans ce coin de France au carrefour des deux Savoies et de l'Ain. En 45 minutes, je suis rendu à Genève pour mes activités professionnelles et autres. Entre le Grand Colombier et le Rhône, c'est notre havre de paix et tous ceux qui nous rendent visite ont l'impression de partir en vacance, si bien que la distance d'avec Genève n'a jamais été un handicap, mais un moment de détente. http://www.anglefort.fr/
 
  Ma foi: "Il y a dans le cœur de tout homme, un vide qui a la forme de Dieu" disait Pascal. Je crois en ce Dieu qui a donné un sens à ma vie. En 1966, j'ai donné ma vie à Dieu, trois ans plus tard, j'ai fait l'expérience du baptême dans le Saint-Esprit. 1973, départ pour une courte expérience missionnaire en Côte d'Ivoire. 1992, j'ai rejoint l'ENPG, Plan-les-Ouates (Eglise Nationale Protestante de Genève qui depuis est devenue EPG) où je fus conseiller de paroisse. Depuis 2000, je suis membre de la Paroisse de la Rive Droite (EELG Eglise Evangélique Libre de Genève) et conseiller de paroisse. Engagé dans mon église, j'essaie de mettre au service des autres mes maigres compétences. http://rivedroite.egliselibre.ch/